Loading

About

Sélection d’Expositions / Selected Exhibitions

The Unknown Light. NextLevel Galerie. Paris. Mars-Avril 2018

The Roots of Coincidence. Carré Amelot. La Rochelle. Sept-Décembre 2017

PARIS PHOTO-Art Fair. NextLevel Galerie. Paris. Nov 2016

FULL BLOOM. NextLevel Galerie. Paris. Juin-Juillet 2016

Unsaturated Diptychs. NextLevel Galerie. Paris. Avril-Juin 2014

UNSEEN-Art Fair. Amsterdam. Septembre 2013

Il est minuit à l’heure de maintenant. NextLevel Galerie. Paris.2012.

ENTRE-MONDE(S). NextLevel Galerie. Paris. Mai-Juillet 2012

BUILDINGS. NextLevel Galerie. Paris. Janvier-Février 2009.

Habiter. Le Chercheur d’Art. Rennes. Mai-Juin 2009.

3 Artistes / 3 projets. Galerie Hexagone. Kyoto. Janvier-Février 2009 + Galerie Le Fur. Paris. Octobre-Novembre 2009.

Doze Pinturas. Centro d’Arte Quarteira. Porto. Juin-Septembre 2008.

images & image. Show Room – Ecart International. Avril-Juin 2007.

Acquisition de la Bibliothèque Nationale de France. Cabinet des Estampes et de la Photographie. Mars 2007.

« Artistes Français» Galerie Hexagone. Kyoto. Septembre – Décembre 2006.

(i) mages / image(s) Galerie Carré-Legris. Montreux. Mars-Avril 2006

Pré-Monition. Espace d’Art Ephémère. Flavigny. Novembre – Décembre 2005.

Images. Galerie Lucien Challes. Bruxelles. Septembre 2005.

FX Combes : Imágenes Casa de La Cultura Atlántica. La Coruña. Mars 2005.

Acciones. Fundácion Perez-Cancela. La Coruña. Février 2005.

« C’est La Fin / This is the End » Galerie Cohen & Co. Paris. Octobre 2004.

4 Photographes Français. The Kings Cross Centre. Londres. Mars – Mai 2004. (Catalogue)

Cities / Villes. Susan Smith Gallery. Londres. Janvier – Février 2004.

Villes / Cities. Galerie Cohen & Co. Paris. Novembre – Décembre 2003.

Acquisition de la Bibliothèque Nationale de France Cabinet des Estampes et de la Photographie. Paris.Février 2002

L’ Éloge de l’ombre. Musée des Beaux-arts de Yamaguchi.Japon. Janvier 2001. [Catalogue]

Novembre à Vitry. Galerie Municipale. Vitry/Seine. Novembre/décembre 2000.

Festival de l’Image du Bout du Monde Exposition « Rivages ». Le Guilvinec. Octobre-Décembre 2000.

L’Éloge de l’ombre. Musée municipal de Kawazaki. Japon. Novembre / décembre 2000. [Catalogue]

Fortunes du Regard.
 Espace Paul Ricard. Paris. Février 2000. [Catalogue]

L’Art est ouvert ! Centre culturel de Ribérac-Dordogne. Octobre / novembre 1999.

Le corps du Visible.
 Rencontres Internationales de Photographie. Arles.
 Chapelle Sainte-Anne. Juillet / août 1999. [Catalogue]

Exposition collective Galerie Art + Patrimoine. Paris. Juillet 1999.

« O, V, N, I » Galerie Aréa. Paris. De Janvier à Mars 1999.

Art Vision 1998. Château de Braux Sainte-Cohière. Sainte-Menehould. De Juillet à Septembre 1998.

Exposition personnelle Galerie K. Paris. Février / mars 1998.

Exposition collective Galerie K. Paris. Décembre 97 / Janvier 98

Publication du livre « Akassafaradal »
 en collaboration avec l’auteur L Colomb.
 Éditions yéo. Paris. Octobre 1997.

La Biennale d’Issy. Hôtel de ville d’Issy-les-Moulineaux. Septembre 1997. [Catalogue]

Exposition collective Galerie K. Paris. Septembre 1997.

Exposition collective Galerie Art + Patrimoine. Paris. Juin 1997.

« de part et d’autre » FX COMBES / Godwin Hoffman. Galerie K. Paris. Juin 1997.

La Photographie au présent.
 Bibliothèque Nationale de France – Site François Mitterrand. Paris. Juin / Août 1997.

Exposition collective. Galerie K. Paris. Mai 1997.

Salon de Montrouge. Hôtel de ville de Montrouge. Avril / Mai 1997.

« Les 10 jours de l’Art Contemporain » Galerie Art + Patrimoine. Paris. Avril 1997.

FX COMBES / Gilles Rey Galerie Art + Patrimoine. Paris. Mars / Avril 1997. [Catalogue]

Rencontres au Cabinet des Estampes et de la Photographie. Bibliothèque Nationale. Paris. Décembre 1996.

Salon Jeune Peinture. Espace Branly. Paris. Avril 1996. [Catalogue]

Acquisition de la Bibliothèque Nationale de France.Mars 1996.

Acquisition du F.N.A.C Fond National d’Art Contemporain. Cession du 26 Septembre 1995.

Quatre murs, Une fenêtre. Centre Georges Pompidou. Beaubourg.Paris. Février / Mars 1995.

Étudiants de 5ème année. Galerie du Cloître. Rennes. Juin 1994.

Collections publiques

F.N.A.C [ Fond National d’Art Contemporain ]. Puteaux.

Bibliothèque Nationale. Paris.

Collections Privées.

FX COMBES

His body of work explores the limits of the photographic medium. He creates compositions through a process based on photographic references.
1
« Lorsque la machine reprend momentanément le dessus pour imposer sa propre vision, lorsque les outils échappent au contrôle du créateur, le «Ghost in the machine», ainsi que le nommait Arthur Koetler, fait basculer l’œuvre et rend manifeste un monde à la fois proche et inattendu.»
2
« When the machine momentarily has taken back the upper hand to impose its own vision, when tools escape from creator’s control, the “Ghost in the machine”, as well as Arthur Koetler named it, makes the work tip down and highlights a close and unexpected world.”

TXTS

Quelques Autres Textes / Some Other Texts
The Unknown Light (ENG)
Light, as a revealer of matter, which reveals the non-visible, is at the center of the artist’s research for more than 20 years. In this new series of images, FX Combes explicitly refers to his earlier work in analogue where he diverted, manipulated the light emanating from the enlarger to create a photographic material, visible only by the experimented process. As a variation in continuity, FX Combes has added to its palette, digital tools, by diverting them from their primary functions, seeking to explore both their strengths and their weaknesses; striving to glimpse a poetic material provided by the algorithm bypassed. The artist is also inspired by the recording mechanism of memory, selective, altered by both our references and our cognitive senses. If memory acts through a process of construction, destruction, and reconstruction, it does not guarantee an exact reproduction of reality. It can be approached by multiple artifices, subterfuges that are more commonly called false memories. FX Combes observes that the processing of digital information is similar to the processing of information by our memory; either at the time of encoding, storage and where still restitution: « It is this idea of memory as essentially fallible that guided my work.» Like these gaps in the information chain of our memory, FX Combes exploits the hidden memory of some image processing software and / or print. It thus reverses the processes of using these tools by working with successive subtractive layers (when they are usually asked to add information). « By deconstructing the image and then reconstructing it, the digital machine functions as our brain by re-manufacturing permanent memory, and by including inaccurate, erroneous, even unfaithful episodic memory memories, traces of memory.» His works thus borrow as much from the residual memory as from the hidden memory of a program or the printer used to better reveal, re-construct an image with false memories, false impressions, through a material of its own. Visible or invisible. Impalpable. If in such a process, the part of the chance is not totally foreign, even FX Combes leaves it a little part, like Mallarme’s famous verse: “ A strow of the dice will never abolish the chance”. Indeed, the artist has always sought to reveal what the eye does not see or decide to forget, producing an image ‘at the limit’ where remains traces of visual memory, volatile, with the ultimate goal of to see beyond this image: to see through it. The works of FX Combes reveal, as Vincent Gracy writes, « this transmutation of the initial visible into its final quintessence ».
Unsaturated Diptychs (ENG)
“I have made photographs that form the basis material in this series during helicopter flights over Paris and its suburbs, one day when the light crushed the city.” Using digital software voluntarily “inappropriate” to destroy and reconstruct his original pictures, FX Combes carries our eyes toward uncharted territories. the artist also likes to say he always had thought “it had to divert, even destroy, a recorded image (both silver and digital process) to better reconstruct it: to create a new one.” FX Combes has developed a hybrid technic, starting from a digital recorded aerial shot to reach to an image, which borrows from painting, newsprint, feature weft, ancient photographic technics (example close of Calotype) or advanced technics (satellite imagery or drones). Rather than opposing painting and photography, the work of FX Combes voluntarily plays a laid-back complementarity between these two medias. And as he outlines, his “artworks speak about idea. Idea of photography rather than Photography; Idea of painting instead of Painting.” Beyond the subject itself, the artist questions the image: what it gives to see. the printed photographs on canvas, covered of a fine white layer, venture to the limits of the abstract, in keeping immediately a readable link with our contemporary world, whose its question the uninterrupted images production. our daily environment is adorned of strangeness, moves to pure plastic composition status, while retaining a sense of realism or with familiarity persistence. the artist shows us the city from a fresh perspective, sometimes disturbing. He gives us access to another dimension, with futuristic accents but with a rigorous structural balance, inherited from the pictorial tradition. the diptych form register as a major part of history of art, finding its roots in devotion paintings on wood of late Middle Ages and Renaissance but have kept its appeal to modern and contemporary artists, as it is evidenced by many examples in North-American painting. Between destruction and reconstruction, FX Combes’s works seem to emerge news possibilities, through the confrontation of foreign processes to each other. the mild differences between the double pictures accentuate the mystery. the artist breaks up the photographic medium limits as painting. He hustles our landmark, fights evidences and well-defined frontiers. At the edge of several aesthetic universes, FX Combes’s works are remarkable depth. the different layered stratums, juxtapositions and subtle lags, are enough tools by which the artist disturbs our vision and analytic straightjackets. “When the machine momentarily has taken back the upper hand to impose its own vision, when tools escape from creator’s control, the “Ghost in the machine”, as well as Arthur Koetler named it, makes the work tip down and highlights a close and unexpected world.”, in which FX Combes invites us to fully enter. Valérie Douniaux, Art historian
Aperture Priority
Comment s’inscrit votre nouvelle série, Aperture priority, dans l’ensemble de votre travail ? FX Combes : Comme une variation dans une continuité. Depuis mes débuts, j’essaie de faire un travail aux confins de la peinture et de la photographie. Plus précisément, je suis arrivé aux Beaux-Arts comme un photographe voulant utiliser les techniques de la peinture ; et j’en suis ressorti comme un peintre travaillant avec la photo. Il s’agit d’abord pour moi de travailler la lumière comme la materia prima. Au sens où Monet a déclaré : « La lumière travaille la matière » quand il a voulu signifier qu’il ne peignait plus la matière mais les effets de la lumière sur la matière. Mais peut-on vraiment transposer les techniques et les visées de la peinture dans la photographie ? Ces deux disciplines ne sont-elles pas trop divergentes dans leurs principes, leurs moyens et leurs fins ? FX C. : Pas si l’on sort du schéma traditionnel selon lequel photo et peinture se seraient réparties les tâches : à la photo désormais de reproduire le monde fidèlement ; à la peinture de le regarder autrement, etc… Mais en fait, avant l’arrivée de la photo, c’était à la peinture qu’on demandait de reproduire le monde aussi fidèlement que possible. Tous les grands peintres classiques, même les plus novateurs et les plus conscients que le vrai sujet de leur peinture était la peinture elle-même, devaient se plier à cette règle de reproduction du réel pour satisfaire leurs commanditaires. La photo en quelque sorte a libéré la peinture du souci d’utilitarisme. A partir des impressionnistes, la peinture moderne peut réaliser délibérément ce que la peinture classique ne s’autorisait qu’à moitié ou pas du tout : à regarder le monde autrement. Pourquoi la photo n’en ferait-elle pas autant après bientôt deux cents ans d’existence ? La photo n’est pas condamnée par essence au réalisme du visible. Elle fabrique des images au même titre que la peinture, et il est légitime qu’elle s’interroge elle aussi sur les processus de fabrication de ses propres images jusqu’à en faire le sujet même, apparent ou implicite, de ses productions. Une sorte de photographie expérimentale alors ? Qui d’ailleurs semble assez dans l’air du temps quand on voit tous les photographes qui reprennent volontairement aujourd’hui des procédés techniques anciens (daguerréotypes, alliotypes, sténopés, etc.) pour détourner le réel et le donner à voir autrement… FX C. : Ne mélangeons pas tout. Je n’ai rien contre le terme de photographie expérimentale mais je préfère parler de photographie contemporaine comme on parle de peinture contemporaine et non pas expérimentale. Toute œuvre d’art comprend une part d’expérimentation dans sa fabrication – sinon ce ne serait pas de l’art mais de l’imitation. Mais l’expérimentation ne possède pas de valeur en soi, elle ne se justifie que dans l’émotion déclenchée par la production achevée. L’émotion est mon critère artistique primordial. Celle que j’éprouve moi-même à créer mes images. Celle du regardeur ensuite. Pour ce qui est de l’utilisation de procédés photographiques rétro, j’y vois un artifice passéiste qui ne m’intéresse pas. Mon projet est de faire des photos contemporaines avec des outils techniques contemporains dont je cherche à explorer aussi bien les forces que les faiblesses. C’est-à-dire ? FX C. : J’utilise aujourd’hui des outils numériques : un appareil de prises de vue, des logiciels d’ordinateur, une imprimante… Ces outils sont ma palette. C’est en jouant avec eux, et parfois contre eux, que je vais fabriquer une image achevée, déconstruite/reconstruite à partir de l’image initiale. Dans ce processus, il y a un principe que j’ai envie de qualifier d’invariant, celui dont j’ai parlé au début : le travail sur la lumière comprise comme le matériau premier de mon travail. J’étais déjà dans la même recherche à l’époque argentique. Pendant les secondes d’insolation où la lumière passait sous l’agrandisseur, j’essayais de la dévier en la remuant pour m’en servir comme d’un pinceau : le rayon bousculé créait des zones plus ou moins claires ou sombres, des clairières plus ou moins nettes ou floues, des tensions lumineuses ou ténébreuses… C’est sur cette base, commune à tous mes travaux, que va commencer la variation spécifique à chaque série. Je dirais que pour Aperture priority, j’ai cherché à créer une fugue thématique autour de la mémoire dont chaque image constitue à son tour une variation. Une photo saisit un instant du monde. Comment fait-on intervenir la mémoire là-dedans ? FX C. : Dans l’idéal, toute photo (classique ou contemporaine, académique ou expérimentale) devrait tendre à faire accéder l’instant qu’elle saisit à une forme sinon d’éternité, au moins d’intemporel. La photo est mémorielle dans son principe parce qu’elle enregistre un fragment du monde dans un fragment du temps, et qu’elle en témoigne ensuite à jamais pour celui qui va la regarder. Je vise donc moi aussi à ce que mes images deviennent comme des parcelles d’éternité. Après, la vraie question est : de quoi parle-t-on quand on parle de mémoire ? De ce que l’esprit individuel engrange comme souvenirs et de ce que l’histoire collective retient comme repères, non ? FX C. : Sans doute. Mais il y a tout de même un petit problème. C’est que les neurobiologistes comme les historiens vous diront que souvenirs et repères ne sont jamais purs ni vrais. Souvenirs et repères sont les produits d’altérations et de sélections. La mémoire est un processus de déconstruction/reconstruction aboutissant pour finir à une construction stable ou à peu près. Mais dont la stabilité apparente ne garantit en rien la pureté ni la vérité. C’est cette idée de mémoire comme essentiellement faillible qui a guidé mon travail pour Aperture priority. J’ai cherché à faire fonctionner mes outils photographiques numériques de la même façon que le cerveau humain quand il fabrique de la mémoire. Pour schématiser, les milliers d’informations bombardant sans arrêt notre cerveau peuvent être qualifiées de « mémoires épisodiques » parce qu’il doit les enregistrer en moins de quelques microsecondes pour trier celles qu’il va conserver dans sa mémoire définitive. Trois phases se succèdent comme autant de philtres : le cerveau encode la masse des informations disparates en mémoire épisodique ; il stocke dans un second temps les informations « privilégiées » puis consolide le stockage des « plus privilégiées » dans une sorte de mémoire intermédiaire ; il récupère enfin les « tout à fait privilégiées » dans sa mémoire définitive. Une logique de performance a priori incontestable. Sauf qu’en pratique la performance mémorielle peut être entachée d’erreurs tout au long de son parcours (et qu’en réalité elle l’est presque systématiquement). Dès le départ, la mémoire sensorielle (la vue, le goût, l’ouïe, l’odorat, etc.), vient contaminer le souvenir disons intello-cognitif qui sera conservé dans la mémoire définitive. Le mécanisme d’encodage ensuite peut être cause de faux souvenirs, le cerveau fabriquant lui-même les événements permettant de compléter les interstices lacunaires dans la chaîne des informations. Dans sa dernière transmission enfin, l’information entre dans une zone de convergence-divergence assez sensible aux erreurs : le réseau de neurones qui reçoit des projections convergentes en provenance des sites d’informations encodées les renvoie en effet de manière divergente vers les silos de la mémoire définitive afin de procéder à un tri ultime… avec beaucoup de possibilités de faux aiguillages en chemin. Belle leçon de neurobiologie. Mais l’art et la photo là-dedans ? FX C. : J’y reviens. Ce que j’ai cherché à faire dans Aperture priority, c’est à établir un parallèle entre la mémoire résiduelle du cerveau et la mémoire cachée de l’ordinateur et/ou de l’imprimante. Dans les mémoires cachées de mes outils numériques se trouvent en effet des composants susceptibles de fabriquer eux aussi de « faux souvenirs » visuels pour compléter les informations qui leur semblent lacunaires ou corriger celles qui leur semblent aberrantes. Pour faire apparaître ces « faux souvenirs » numériques, j’inverse les processus d’utilisation de ces logiciels en travaillant par calques soustractifs successifs (alors qu’on leur demande habituellement d’ajouter de l’information, par exemple pour Photoshop). J’enlève ainsi à l’image initiale une série d’informations, regarde ce que le logiciel propose pour corriger ce qu’il considère comme une erreur. Et j’enlève de nouveau certaines informations sur la nouvelle image apparue, continuant jusqu’à ce que je juge justes, précises et achevées les formes obtenues. J’enclenche alors un mécanisme identique avec l’imprimante qui va chercher, mettons, à combler certains « vides » dans les marges en y injectant d’elle-même de la couleur, etc. Et je stoppe le processus quand j’estime abouti le tirage généré par la machine : l’image finale se trouve alors complètement altérée par rapport à l’image de départ parce qu’elle a dû intégrer un grand nombre d’éléments impurs, résiduels, épisodiques et aléatoires pour atteindre au définitif. En déconstruisant l’image puis en la reconstruisant, la machine numérique a donc fonctionné comme le cerveau humain qui fabrique de la mémoire définitive en y incluant des souvenirs de mémoire épisodiques inexacts mais qui lui paraissent pertinents… Et je dois dire que j’adore cette idée d’une armée de petits fantômes s’agitant dans la machine pour « corriger » les erreurs humaines… Un tel processus créatif laisse une très grande part au hasard… FX C. : Il lui laisse sa part mais pas toute la part. Parce qu’en fin de compte c’est bien moi qui maîtrise le processus de bout en bout. Je ne cherche d’ailleurs pas l’accident pour l’accident (ce n’est pas du glicht art…). Je préfère jouer avec l’altération, surtout au niveau du comblement des vides, en observant et dirigeant les tentatives des logiciels pour les remplir coûte que coûte. En fait, mon idée, dans ce traitement de l’image où je laisse un rôle à l’aléatoire sans m’y perdre, est très proche de celle contenue dans le vers célèbre de Mallarmé : « Jamais un coup de dé n’abolira le hasard… » A travers ce « hasard » maîtrisé, je souhaite en réalité révéler ce que l’œil ne voit pas ou décide d’oublier. Je veux produire une image « à la limite » où restent sensibles des traces de mémoire visuelle volatile, avec pour but ultime de voir au-delà de cette image à travers elle. Le visible pour moi n’est pas celui qu’on voit ou qu’on croit voir, et le travail alchimiste de l’artiste est de s’approcher au plus près, de donner à voir le mieux possible cette transmutation du visible initial en sa quintessence achevée.
The Unknown Light (FRA)
La lumière, comme révélateur de la matière, celle qui dévoile le non visible, est au centre des recherches de l’artiste depuis plus de 20 ans. Dans cette nouvelle série d’images, FX Combes fait explicitement référence à ses travaux antérieurs en argentique où il détournait, manipulait la lumière émanant de l’agrandisseur afin de créer une matière photographique, visible uniquement par le procédé expérimenté. Comme une variation dans la continuité, FX Combes a ajouté à sa palette les outils numériques, en les détournant de leurs fonctions premières, cherchant à en explorer tant leurs forces que leurs faiblesses; s’efforçant à entrevoir une matière poétique que lui fournit l’algorithme contourné. L’artiste s’inspire également du mécanisme d’enregistrement de la mémoire, source de souvenirs, sélectifs, altérés tant par nos repères que par nos sens cognitifs. Si la mémoire agit à travers un procédé de construction, de destruction, et de reconstruction, elle ne garantie pas une reproduction exacte de la réalité. Elle peut s’en approcher par de multiples artifices, des subterfuges qu’on appelle plus communément des faux souvenirs. FX Combes observe que le traitement de l’information numérique est similaire à celui du traitement de l’information par notre mémoire ; soit au moment de l’encodage, du stockage et où encore de la restitution : « C’est cette idée de mémoire comme essentiellement faillible qui a guidé mon travail ». À l’image de ces interstices lacunaires dans la chaîne d’informations de notre mémoire, FX Combes exploite la mémoire cachée de certains logiciels de traitement d’images et/ou d’impression. Il inverse ainsi les processus d’utilisation de ces outils en travaillant par calques soustractifs successifs (alors qu’on leur demande habituellement d’ajouter de l’information). « En déconstruisant l’image puis en la reconstruisant, la machine numérique fonctionne comme notre cerveau en re-fabriquant de la mémoire définitive, et en y incluant des souvenirs de mémoire épisodiques inexacts, erronés voire infidèles, des traces de mémoire. » Ses oeuvres empruntent ainsi autant à la mémoire résiduelle qu’à la mémoire cachée d’un programme ou de l’imprimante utilisée pour mieux révéler, re-construire une image avec de faux souvenirs, de fausses impressions, à travers une matière qui lui est propre. Visible ou invisible. Impalpable. Si dans un tel processus, la part de l’aléatoire n’est pas totalement étrangère, FX Combes ne lui laisse que peu de place, à l’instar du vers célèbre de Mallarmé : « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ». En effet, l’artiste a toujours cherché à révéler ce que l’œil ne voit pas ou décide d’oublier, en produisant une image « à la limite » où restent sensibles des traces de mémoire visuelle, volatile, avec pour but ultime de voir au-delà de cette image : de voir à travers elle. Les œuvres de FX Combes donnent à voir, comme l’écrit Vincent Gracy, « cette transmutation du visible initial en sa quintessence achevée ».
Unsaturated Diptychs (FRA)
« J’ai réalisé les photographies qui servent de matériau de base à cette série lors de vols en hélicoptère au-dessus de Paris et de ses banlieues, un jour où la lumière écrasait la ville.» Utilisant des logiciels numériques de manière volontairement « inadaptée » pour détruire puis recomposer ses images d’origine, FX Combes transporte notre regard vers des territoires inexplorés. L’artiste aime d’ailleurs à dire qu’il a toujours pensé « qu’il fallait détourner, voire détruire, une image enregistrée (argentique ou numérique) pour mieux la recomposer : en créer une nouvelle». FX Combes a conçu une technique hybride, partant d’un cliché aérien enregistré numériquement pour parvenir à une image qui emprunte à la fois à la peinture, à la trame caractéristique du papier journal, aux anciennes techniques photographiques (proche du calotype…) ou aux technologies de pointe (images satellite ou de drones). Plutôt que d’opposer peinture et photographie, l’œuvre de FX Combes se joue volontairement d’une complémentarité décomplexée entre ces deux médias. Et, comme il le souligne, ses «oeuvres parlent ici d’idée. D’idée de photographie plutôt que de Photographie; D’idée de peinture plutôt que de Peinture ». Au-delà du sujet même, l’artiste s’interroge sur l’image: sur ce qu’elle donne à voir. Les photographies imprimées sur toile, recouvertes d’une fine couche de blanc, s’aventurent aux limites de l’abstrait, tout en gardant un lien immédiatement lisible avec notre monde contemporain, dont elles questionnent la production ininterrompue d’images. Notre environnement quotidien se pare d’étrangeté, accède au statut de pure composition plastique, tout en conservant un certain réalisme, une rémanence de familiarité. L’artiste nous fait découvrir l’urbain sous un jour neuf, parfois inquiétant. Il nous donne accès à une autre dimension, aux accents futuristes mais à l’équilibre structurel rigoureux, largement hérité de la tradition picturale. La forme du diptyque elle-même s’inscrit d’ailleurs comme un élément majeur de l’histoire de l’art, trouvant ses racines dans les peintures sur bois de dévotion du Moyen-âge tardif et de la Renaissance mais ayant également gardé de son attrait pour les artistes modernes et contemporains, comme le prouvent notamment de nombreux exemples dans la peinture nord-américaine. Entre destruction et reconstruction, les œuvres des FX Combes font émerger de nouveaux possibles, grâce à la confrontation de procédés étrangers les uns aux autres. Les légères différences entre les doubles images accentuent le mystère. L’artiste repousse les limites du medium photographique comme de la peinture. Il bouscule nos repères, combat les évidences et les frontières bien définies. Aux confins de plusieurs univers esthétiques, les œuvres de FX Combes sont d’une remarquable profondeur. Les différentes strates superposées, les juxtapositions et subtils décalages, sont autant d’outils par lesquels l’artiste perturbe notre vision et nos carcans analytiques. « Lorsque la machine reprend momentanément le dessus pour imposer sa propre vision, lorsque les outils échappent au contrôle du créateur, le «Ghost in the machine», ainsi que le nommait Arthur Koetler, fait basculer l’oeuvre et rend manifeste un monde à la fois proche et inattendu.», dans lequel FX Combes nous invite à entrer de plain-pied. Valérie Douniaux, Docteur en histoire de l’art
Emulsion Series